Au lendemain du premier tour

Le résultats du 1er tour des élections présidentielles est un mauvais signe pour l’avenir de l’Ecologie pourtant tellement nécessaire et urgente. Le mouvement porté par la victoire aux primaire de la gauche d'un programme novateur et ambitieux n'a pas réussi à prendre le dessus

Pour autant, le score obtenu ce dimanche par les deux candidats de gauche dit, tout simplement que la gauche n’est pas morte. Il dit aussi que la gauche et les écologistes n’ont de dynamisme véritable que quand ils savent porter les préoccupations sociales, sociétales et environnementales en présentant des projets forts et novateurs.
Dans deux semaines, il faudra, hélas et sans hésitation, donner un nouveau coup d’arrêt à l’expansion – ralentie mais ininterrompue – du Front national. Il eût mieux valu le faire en votant pour un candidat issu de la gauche et des écologistes. Dans le court terme, Il nous faudra donc, pour éviter le chaos et l’obscurantisme de l’extrême droite voter pour Emmanuel Macron sans prendre pour autant le rythme de ses pas. Il n’y a pas d'amertume à avoir.
Une fois passé la redoutable séquence électorale, il sera plus que temps de s’atteler à la refondation désormais incontournable. .La campagne électorale trop conditionnée par les « affaires » et les sondages n’a pas permis de faire émerger le projet structuré et innovant de B Hamon pourtant plutôt bien accepté par les citoyens..
Il nous appartient de continuer à le porter parce qu’il est un vrai projet de justice sociale et environnementale qui doit trouver résonance dans les territoires, oubliés des oligarques.