Centrale gaz : mise au point de l'association

Plusieurs élu-e-s du groupe Bretagne-Ecologie ont mis en cause les prises de position de Marie-Pierre Rouger et Emile Bihan à propos de la construction de la centrale gaz de Landivisiau, les accusant de se « satisfaire de posture idéologique » ou de proximité avec les « écologistes qui siègent dans l’opposition régionale ».
L’association Bretagne Ecologie tient à rappeler quelques réalités et appeler à un mininum de respect de la part d'élu-e-s qui ont oublié un peu vite au nom de quoi et de qui ils siègent aujourd’hui au sein de l’Assemblée Régionale.
- A propos de la Centrale gaz de Landivisiau, la position de Bretagne-Ecologie n’a jamais varié. Elle a été exprimée avec force par Marie-Pierre Rouger à l’occasion du débat sur le Pacte Electrique Breton lors de la session d’octobre 2010. Si le groupe Bretagne-Ecologie a voté en faveur du Pacte Electrique en octobre 2010 puis en janvier 2011, c’est, comme l’avait d’ailleurs indiqué Daniel Cueff dans son explication de vote de 2010 parce que « [Notre groupe] considère que le pacte énergétique permet de mettre en œuvre comme jamais les deux piliers fondamentaux d'une politique écologique que sont la Maîtrise de la Demande Electrique et la production d'Energie Renouvelable ».
- En mars 2012, le Conseil d’Administration de Bretagne Ecologie a officiellement rappelé son opposition à la Centrale gaz. Aujourd’hui Emile Bihan et Marie-Pierre Rouger restent fidèles à cette prise de position conformément à leur engagement vis-à-vis de notre association et en totale cohérence avec leur appartenance à la majorité régionale.
- Au sein de la majorité régionale, d’autres élu-e-s, en l’occurrence ceux de l’UDB ont pris nettement position contre la Centrale gaz sans mettre pour autant en péril la majorité.
Il est tout à fait naturel que des opinions diverses puissent s’exprimer au sein d’une majorité politique. Ce qui est important est de pouvoir se retrouver sur l’essentiel et pour ce qui nous concerne, les grandes orientations régionales, les choix budgétaires qui en sont la conséquence et les politiques de terrain qui sont pratiquées.
En cette période où la société va être amenée à faire des choix très importants pour son avenir, il est particulièrement inquiétant de voir des élu-e-s se réclamant de la gauche et de l’écologie refuser le débat et renvoyer tous ceux qui les contesteraient à des postures idéologiques ou stériles.
Aujourd’hui, certainement plus encore qu’en 2010, Bretagne-Ecologie considère que tout doit être fait pour le rassemblement de toutes les gauches et des écologistes afin de faire face aux menaces d’un retour de la droite et de la montée de l’extrême droite en Bretagne comme ailleurs, mais surtout pour construire ensemble un projet social et écologiste audacieux ancré dans la réalité de notre société.
Pascal Dalle
Yves Levesque
Co-présidents de Bretagne Ecologie