Bretagne Ecologie dans la majorité régionale

Ce mercredi 3 juillet, Le Télégramme publiait un article " La fracture agricole de BE". Celui-ci évoquait l'opposition des "écologistes de combat", que nous serions, aux "écologistes pragmatiques" que seraient les 3 autres membres du groupe BE au conseil régional, ex-membres de l'association, au sujet de l'AEP, bordereau qui lors de la dernière session a donné lieu à de riches débats. Cet article en 4 paragraphes nous annoncerait presque quittant la majorité régionale ! Nous avons souhaité répondre, pour d'une part rectifier certaines affirmations et d'autre part réaffirmer notre position au sein de la majorité

Dans un billet daté du mercredi 3 juillet 2013, Le Télégramme fait part des problèmes rencontrés au sein de Bretagne Ecologie, à l’occasion du vote concernant l’AEP. Mais le billet va plus loin en opposant une « écologie pragmatique » à une « écologie de combat » qui serait portée par Anne Camus, Emile Bihan et Marie-Pierre Rouger et qui nous mènerait dans une opposition à la majorité régionale.

Concernant précisément le vote sur l’AEP, contrairement à ce que vous indiquez, nous n’avons pas exprimé un vote contre, mais une abstention, tout comme nos collègues de l’UDB qui sont également dans la majorité régionale. Nous nous en sommes expliqués dans une intervention sereine et constructive en session, consultable par tous, sur le site de Bretagne Ecologie Nous sommes entrés dans la majorité régionale en tant qu’écologistes au regard de nos engagements pratiques professionnels ou dans le cadre d’associations ou de mandat d’élus. Nous le restons à part entière dans l’exercice des délégations qui nous ont été confiées par le Président de la Région.

La force de Bretagne Ecologie ce sont ses réseaux acteurs de terrain. Les représentants de ces mêmes réseaux membres du CESER se sont d’ailleurs, comme nous, abstenus sur le bordereau AEP. Il est essentiel de rappeler que le cahier des charges AEP avait bien été prévu dans l’engagement n°12 de la Nouvelle Alliance, que nous avons votée en juin 2012, et dont l’élaboration avait été l’objet de notre engagement actif. Il est étonnant de voir celui qui porte le cahier des charges (extrêmement précis) de l’Eco-Faur s’insurger contre le principe des indicateurs. La démarche pragmatique ne consiste pas à chercher à tout prix à rétrécir la majorité régionale en espérant ainsi pouvoir s’y faire plus de place. Il s’agit au contraire, comme nous le faisons, de contribuer à l’action, d’animer le débat et de travailler à une meilleure prise en compte de l’écologie dans les politiques publiques régionales.

C’est cette démarche de loyauté et de cohérence qui nous anime et qui consiste à soutenir l’action de Pierrick Massiot, Président du Conseil régional, dans le respect des convictions de chacun.

Marie-Pierre Rouger, Vice-présidente en charge des lycées et de la qualité du bâti.

Anne Camus, Conseillère régionale, déléguée Santé – Environnement, référente Pays de Vannes

Emile Bihan, Conseiller régional, Vice-président de la Commission économie.