Echos de la session d'avril 2014

La session d'avril 2014 survient après une période intense de campagne électorale et des messages délivrés par les citoyens marqués par le paradoxe. Ainsi, a-t-on pu observer à la fois une participation active au scrutin d'un nombre de plus en plus réduit d’électeurs mais aussi dans le même temps, une totale indifférence de certains à ce rendez-vous rituel que constituent les élections, notamment de la part des jeunes.

Force est de reconnaître qu'il y a aujourd'hui une défiance générale de la population par rapport à ses élus. C'est une situation sans précédent et qui s’aggrave. Il nous faut donc entendre ce message des électeurs qui expriment à leur façon le besoin d'une évolution significative de nos institutions. Plus de proximité, plus de lisibilité, plus de capacité à s'impliquer dans les politiques publiques, voilà ce que nous devons construire avec et pour les citoyens pour sortir de cette crise de légitimité qui ronge notre système démocratique.

Intervention de politique générale

Marie-Pierre-Rouger

C'est donc plus que jamais le moment pour la Bretagne de s'appuyer sur les nouvelles lois dedécentralisation pour faire valoir sa personnalité, ses identités, ses talents, les capacités de ses acteurs à s'inscrire et construire des modèles de durabilité respectueux de la nature et épanouissants pour ses habitants. 

C'est ainsi que l'Assemblée de Bretagne, porté par notre ex collègue conseiller régional, aujourd'hui député Jean Jacques Urvoas trouve tout son sens et sa pertinence dans cette actualité particulière que nous vivons. L’articulation avec les Pays constitue le socle sans lequel une Assemblée de Bretagne perdrait le contact avec le terrain. La cohérence de notre politique territoriale menée depuis maintenant de nombreuses années est un atout très important pour conduire cette transformation. Cette proposition d’organisation institutionnelle nous permettra d’aller de l’avant dans l’unité et la transparence et ce d'autant plus si nous atteignons la 5ème dimension, je veux évidemment parler des 5 départements.

Là encore, profitons de l'opportunité de redécoupage des régions annoncé par le Premier ministre pour bien rappeler qu'en Bretagne, le synonyme de « Redécouper », c'est « Réunir » et c’est aussi « Réduire » la fracture Est-Ouest. 

Lire la suite

Plan bâtiments durable

Marie-Pierre-Rouger

Le Plan Bâtiment Durable Breton tant attendu par les professionnels est un enjeu fort pour ce  secteur économique qui représente 11 % des emplois en Bretagne et qui  connaît de réelles difficultés puisqu’il il a perdu en 6 ans près de 7 000 emplois. De plus, le bâtiment est concerné par un défi énergétique majeur. L'ensemble du bâti représente 45 % de la consommation énergétique et 23 % des émissions de gaz à effet de serre en Bretagne. Notre propre objectif, défini dans le Schéma régional climat, air, énergie, pour le secteur résidentiel est de réduire, d'ici 2020, de 38 % ses émissions de gaz à effet de serre ainsi que sa consommation énergétique. Pour le secteur tertiaire cette réduction doit atteindre respectivement 45 % et 27 %.

L'eco-construction est, en effet, un atout déterminant car elle offre aux territoires l'opportunité d'inscrire le développement local dans l'exemplarité sociale, économique et environnementale.

En outre, ces démarches novatrices trouvent un écho de plus en plus favorable auprès de nos concitoyens : habiter ne doit plus contribuer à la dégradation de l'environnement.

Le plan se propose donc d’agir sur l’offre en accompagnant les entreprises dans leur stratégie de montée en compétences à travers l'élaboration des plans de formation. Il s'agit aussi d'aller vers une culture professionnelle où les différents corps de métiers doivent apprendre à travailler ensemble.  Il s’agit là d’une orientation reconnue par tous, même si certains acteurs  considèrent que l’objectif de 15.000 emplois créés à l’horizon 2020 reste insuffisant au regard de la tâche à accomplir. Car il s’agit bien de créer des emplois pérennes et attractifs dans lesquels les jeunes et moins jeunes pourront s’engager sans crainte. Nous savons tous que le potentiel de travaux est extrêmement important et que le gisement d’emplois non-délocalisables peut ouvrir des perspectives y compris aux salariés issus des secteurs actuellement en crise.

Lire la suite

Programme Climat Energie Territorial

Emile Bihan

Le changement climatique et la hausse tendancielle du coût des énergies fossiles interrogent notre modèle de civilisation. Tel est le titre de l’introduction du bordereau de ce Plan Climat Energie Territorial.

Cette affirmation est tout à fait pertinente pour poursuivre le débat sur les moyens que se donne la Région pour participer à la lutte contre le changement climatique. Il s’agit en effet de tenir compte des phénomènes mondiaux pour pouvoir mieux engager à notre niveau les actions sur le terrain.

Et la situation mondiale est préoccupante comme le rappellent les rapports successifs du GIEC, et notamment le dernier en date.

La planète se réchauffe actuellement à un rythme inédit : la température moyenne du globe a gagné 0,8 °C depuis l'ère préindustrielle et la trajectoire actuelle conduirait à une hausse de 4 °C en 2100. Ce seuil de 4 °C aurait selon les scientifiques des conséquences dramatiques : destruction d'espèces, multiplication d'évènements extrêmes, accès à l'eau problématiques, baisse des rendements agricoles, terres submergées. Pour éviter des effets d'une ampleur qui rendrait l’adaptation difficile et même impossible pour certaines populations, la communauté internationale a convenu d'agir pour limiter à 2 degrés le réchauffement de la planète. Ce sont en effet les populations les plus démunies et les plus vulnérables qui seront touchées.

Ce Plan Climat Energie Territorial retient les potentiels définis pour le climat et l'énergie dans le scénario volontariste du SRCAE. C’est bien le moins que l’on puisse faire. Il a aussi pour ambition d’impulser et de coordonner tous les acteurs potentiels et nous retrouvons là une des fonctions essentielles de la Région. C’est par la complémentarité des politiques des différents territoires bretons que nous réussirons progressivement à nous donner les moyens d’une réussite de la transition écologique, sociale et économique en Bretagne.

Lire la suite