Lettre des élu-e-s n°30

Sommaire :

Une deuxième chance pour la décentralisation
Le budget de la Région
Actions de groupe
Semences paysannes

Avec le « pacte de responsabilité », l’autre annonce importante de la conférence de presse de François Hollande de ce début d’année, a porté sur les collectivités territoriales. Cette déclaration, après d’autres, a très sérieusement relancé le débat sur la décentralisation, le renforcement des Régions, l’indispensable débat sur la répartition des responsabilités entre les différents niveaux de collectivités.

Cette annonce du Président confirme les orientations déjà indiquées par le Premier Ministre lors de la sa venue à Rennes pour la signature du Pacte d’avenir pour la Bretagne.

Nous avons donc maintenant une deuxième chance et il faut espérer que la Bretagne saura se saisir de l’occasion pour redonner un nouvel élan à ses revendications historiques et sa volonté de mieux maîtriser les outils de son destin.

Mais cette annonce de la relance des perspectives de décentralisation par le Président de la République se place également dans le contexte de la recherche de 50 milliards d’économie sur le budget de l’Etat. Et cette réalité nous ramène à certaines questions de fond et de choix politiques de l’Etat et des collectivités.

En France, L'observatoire national de la pauvreté et de l'exclusion sociale vient de remettre son rapport annuel au gouvernement. Le constat est alarmant : 13,5% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté dont un pourcentage important de travailleurs.

. « La France sera forte si elle reste solidaire. Si elle [...] réduit la pauvreté » a rappelé le chef de l’Etat lors de ses vœux. Il est important de le souligner car cette phrase précise bien en faveur de quel public les efforts doivent être faits. Et si un choc de simplification est nécessaire, il doit d’abord concerner l’accès aux prestations sociales, le soutien aux travailleurs modestes l’accès au logement social et aux services de soins et de santé.

Dans le même esprit, il en va du Pacte de responsabilité, comme du Pacte d’Avenir pour la Bretagne. Les mesures structurelles, les aides financières conséquentes en faveur des entreprises doivent être assujetties à des conditions, et des contreparties sociales. Il n’est pas concevable de distribuer de l’aide publique à guichet ouvert sans engagements.

Certes, les discussions sont placées sous haute pression. Et ce d’autant plus que l’extrême droite et la droite extrême accélèrent leur stratégie de tension pour mieux engranger les mécontentements lors des échéances électorales à venir.

C’est la raison pour laquelle, contre toute tentation de facilité apparente, il est nécessaire de continuer à agir et expérimenter au niveau régional comme dans chaque territoire des modèles économiques prenant en compte la question des ressources, des rémunérations satisfaisantes, des conditions de travail correctes . Des modèles économiques qui soient aussi économes en énergie et en gaz à effets de serres. L'écologie est le moteur de l'économie de ce 21ème siècle. Il en va de notre avenir économique mais aussi du vivre ensemble dans une région fière de ses racines, de sa diversité culturelle mais qui ne pourra être solidaire que si elle est visionnaire.

Téléchargement :