Lettre des élu-e-s n°31

On peut toujours dire après qu’on pouvait s’y attendre on qu’on le sentait venir, mais le coup est rude.
Il y a d’abord cette abstention qui n’en finit pas de progresser, comme inexorablement. Il y a ensuite cette progression du Front Na-tional. Certes, il avance un peu moins vite dans notre région que dans d’autres, mais le Parti de Le Pen commence à pouvoir se vanter des quelques faits d’armes symboliques et sera présent dans les Conseils Municipaux de plusieurs villes et non des moindres. Il est encore difficile de mesurer les avancées de l’extrême droite dans les campagnes, puisque le scrutin municipal ne s’y prête pas, mais il convient de se mobiliser pour que les élections européennes n’offrent pas une nouvelle occasion au Front National de capitaliser les rancœurs accumulées par la crise.
Il y a enfin l’amorce de la remontée de la droite en Bretagne comme dans tout le pays. Certes, après son recul d’audience au fil de toutes les précédentes échéances électorales, la droite ne pouvait que se stabiliser, voire inverser les courbes de son implantation. Tout s’y prêtait dans ces élections intermédiaires qui ne sont jamais favo-rable à un pouvoir en place. Mais on ne peut se contenter de ce simple constat.
Mais les résultats du deuxième tour des élections municipales sont surtout marqués par une chute importante des scores du Parti Socialiste qui perd de nombreuses villes.
Beaucoup d’électeurs se sont abstenus ou n'ont pas voté pour la gauche, manifestant ainsi parfois le rejet des pratiques de certains maires, mais très souvent marquant par là leur désaccord avec la politique menée au niveau national par le gouvernement.
Il est grand temps d’interroger la politique conduite par le gouvernement, d'abord pour qu'elle soit lisible, qu'elle ait un cap clairement énoncé et tenu, et qu’elle réponde mieux aux attentes de nos concitoyens.
Les résultats des deux tours des municipales ont également souligné l’importance des thèmes développés par les écologistes. Les listes d’union des écologistes et de la gauche ont permis de créer des dynamiques qui ont conduit à des résultats très significatifs et encourageants. C’est le cas à Brest et aussi à Rennes et Nantes : dans ces 2 villes ce sont maintenant des femmes qui vont animer le travail des Conseils Municipaux, et nous nous en félicitons.
Il reste cependant essentiel qu’à très court terme, les enjeux de création d'emplois, de réduction des inégalités, de lutte contre le changement climatique et de mutation sociale et écologique guident les politiques locales et nationales. Ces priorités ne peuvent être at-teintes sans un renforcement de la participation des habitants et un rôle accru à l'expression et la représentation citoyennes.

Téléchargement :