Porc Breton et nous et nous et nous…

Communiqués association
14 oct 2016 - 14:57

Surprise du Chef : le Conseil Régional de Bretagne est en train de mijoter un menu d’exception pour les lycéennes et lycéens bretons : du porc à toutes les sauces....Argument suprême : ce cochon serait bien de chez nous et donc à privilégier absolument. Le message de la Direction Régionale de l’Agriculture et de la Forêt est on ne peut plus clair :

«  le  Conseil Régional de Bretagne  souhaite promouvoir dès 2017 l'approvisionnement de la restauration collective des lycées bretons, de produits porcins, issus de porcs nés, élevés et transformés en Bretagne (en lien avec le Plan Porcin) ."

Breton le cochon??? Qu’on ne s’y trompe pas : l’élevage intensif breton nécessite l’accaparement de terres dans les « Pays de la faim », pour cultiver notamment le soja OGM indispensable à la croissance des porcs élevés en Bretagne. Pour devenir le premier pays exportateur de produits agricoles et alimentaires dans le monde, le Brésil a expulsé et privé de terre des millions de petits paysans en capacité d’assurer l’autosuffisance alimentaire par les cultures vivrières. Prédation des êtres humains, des terres, de la biodiversité, des éco-systèmes : voilà ce que signifie pour les décideurs des politiques agricoles mondiales et ceux qui les soutiennent la fameuse « modernisation »    de l’agriculture.
Non content  des 32M du plan porcs en février, dont 17M pour garantir les prêts des usines de plus de 750 000€ de Chiffre d’Affaire, le Conseil Régional va jusqu’à prendre sa part pour écouler les excédents par tous les moyens..Il va jusqu’à s'asseoir sur la charte européenne...

RETOUR DE NOTRE DAME DES LANDES

Communiqués association
9 oct 2016 - 07:56

Ces quelques images pour partager l'ambiante : la détermination, la
fête; la construction . Autant de symboles de la lutte de NNDL.

 

Manif – Construction – Fête / Communiqué de l'ACIPA

Communiqués association
5 oct 2016 - 08:21

Acculé par les mobilisations massives des 9 janvier et 27 février, le gouvernement a organisé en juin une consultation biaisée. Se croyant forts du résultat de cette mascarade, les pro-aéroport et le premier ministre ont confirmé leur intention de procéder cet automne à l'évacuation et à la destruction de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, de ses cultures, de sa faune et de sa flore, de ses habitats et activités ainsi que des liens entre toutes celles et ceux qui se sont attaché.es à ce bocage. Ces déclarations font fi de la situation juridique du dossier puisqu'entre autres les autorisations de travaux ne sont toujours pas accordées.

Les porteurs du projet ne semblent pas avoir non plus mesuré la détermination de celles et ceux qui habitent ce bocage, des militant.es engagé.es à leurs côtés, le soutien dont ce mouvement bénéficie dans la région et bien au-delà, ainsi que l'implication des comités locaux.

Ces 2000 ha de bocage et ce qui s'y vit sont aujourd'hui porteurs d'espoirs indéracinables face au saccage du vivant, des terres agricoles et à la marchandisation du monde. Il est impensable qu'ils disparaissent !

A l'initiative de l'ensemble du mouvement d'opposition au projet d'aéroport, nous marquerons donc le 8 octobre notre volonté commune d'empêcher toute agression contre la ZAD et tout démarrage des travaux. En écho à bien d'autres luttes paysannes, comme au Larzac, nous ferons résonner le sol de milliers de bâtons. Nous les laisserons sur place, en nous engageant ensemble à venir les reprendre, en cas d'intervention, et à défendre la ZAD, ses habitant.es, paysan.nes et l'avenir qui s'y...

retour de flamanville

Communiqués association
5 oct 2016 - 08:10

"Samedi 1er octobre, nous étions plus de 3500 personnes à manifester jusqu’au pied de la centrale nucléaire de Flamanville pour nous opposer à la construction du réacteur EPR, et plus largement à une industrie qui est un véritable fiasco économique et industriel. "

pour aller plus loin :

Ouest France

Reporterre

Climat : Nicolas Sarkozy, dangereux marchand de doute

Communiqués association
20 sep 2016 - 08:44

En confirmant son virage climato-sceptique sur France 2 jeudi soir dans «l’Emission politique», l'ex-président vient de saper des dizaines d’années de pédagogie et d’information menées par les scientifiques et les ONG.

Devant un parterre de chefs d’entreprise, Nicolas Sarkozy a nié l’origine humaine du réchauffement climatique, considérant qu’il fallait «être arrogant comme l’homme pour penser que c’est nous qui changions le climat». Un virage climato-sceptique confirmé sur France 2 jeudi soir dans «l’Emission politique». N’en déplaise à l’ancien chef de l’Etat, les systèmes d’observation du climat, déployés aux quatre coins de la planète, ne sont pourtant pas «arrogants». Avec constance, les satellites, les systèmes de mesure au sol, sur mer, en avion ou en ballon, enregistrent les données essentielles qui permettent de décrire l’évolution du climat. Le constat est clair. Les mesures sont fiables. Indiscutables. «Sans équivoque» et «sans précédent», selon les termes du GIEC, le réchauffement climatique est d’origine anthropique.
Point d’arrogance ici. Tout ceci, on le sait. L’accumulation des études, des rapports et des données permet juste d’affiner l’analyse, d’en préciser les effets...

Pages