Après le premier tour

Communiqués association
13 juin 2017 - 11:54

Le premier tour des élections législatives 2017 marque un point d'étape déterminant dans l'entreprise de démolition massive menée par deux forces idéologiquement contradictoires mais cohérentes dans les effets qu'elles produisent.
Emmanuel Macron, et Jean-Luc Mélenchon, chacun à leur place peuvent savourer avec délice le résultat des tactiques destructrices qui les ont menés là où ils en sont. De ce point de vue, ils ne sont que de simples continuateurs de l'action conduite par François Hollande depuis 5 ans.

Au passage, on se réjouira néanmoins de la défaillance du détonateur de la troisième bombe à fragmentation portée par Marine Le Pen et on espérera qu'il ne s'agit pas là d'un simple retard à l'allumage ou d'une bombe à retardement.
Les deux premiers larrons, qui ont maintenant, et plus que jamais, besoin l'un de l'autre dans leurs comédies politiques, sont parvenus à leurs fins. On ne nous fera pas croire qu'il s'agit là du résultat d'un nouveau souffle citoyen car jamais une élection législative n'aura connu un tel niveau d'abstention.
De nombreux électeurs de gauche déploreront comme nous que les stratégies nationales, dans le sillage de l’élection présidentielle, n’aient pas permis de présenter des candidatures de rassemblement sur tout le territoire s’adossant à une base programmatique claire et partagée comme nous avons pu le faire à Fougères ou Saint Malo. Nous pensons particulièrement aux militants socialistes qui avaient sincèrement soutenu la candidature de...

humeur

Communiqués association
7 mai 2017 - 20:40

Au delà des analyses globales sur les conséquences de présidentielles et des prochaines législatives à venir, peut-être est-il intéressant de s’arrêter sur le cas spécifique de la Bretagne, dont le Baron, grand marchand d'armes et vieux compagnon de chambrée du roi Hollande a joué un rôle particulier dans la période qui se ferme et souhaite probablement en jouer un dans celle qui s'ouvre.
De ce point de vue, il semble éclairant de relire le contexte des dernières élections régionales à la lumière de ce qui se passe aujourd'hui et, inversement, de mieux comprendre ce qui se passe en 2017 à la lumière de ce qui s'est passé en 2015.

En 2015, donc, s’asseyant royalement sur le principe du non-cumul des mandats, JYLD a réussi à se faire passer pour l'homme providentiel, capable de faire barrage à la droite et ses extrêmes après avoir vaillamment défendu les frontières de son territoire face au petit jeu cynique du grand découpage des Provinces. Ce faisant, adoubé par son Parti, mais n'en tenant aucun compte si ce n'est en apparence, il s'est définitivement débarrassé des écolos et il est allé faire ses courses chez régionalistes. Il a donné des signes très clairs au patronat breton et au lobby agroalimentaire en présentant, avant l'heure, un programme macronien mêlant productivisme, libéralisme, métropolisation... dont les conséquences n'ont pas fini de peser, à long terme sur l'environnement breton.
Ne peut on voir là comme une démarche « en éclaireur »  d'une stratégie de conquête que l'on a vu se développer à l'occasion des élections présidentielles ?
Sans tomber dans une forme de théorie du...

Au lendemain du premier tour

Communiqués association
26 avr 2017 - 21:25

Le résultats du 1er tour des élections présidentielles est un mauvais signe pour l’avenir de l’Ecologie pourtant tellement nécessaire et urgente. Le mouvement porté par la victoire aux primaire de la gauche d'un programme novateur et ambitieux n'a pas réussi à prendre le dessus

Pour autant, le score obtenu ce dimanche par les deux candidats de gauche dit, tout simplement que la gauche n’est pas morte. Il dit aussi que la gauche et les écologistes n’ont de dynamisme véritable que quand ils savent porter les préoccupations sociales, sociétales et environnementales en présentant des projets forts et novateurs.
Dans deux semaines, il faudra, hélas et sans hésitation, donner un nouveau coup d’arrêt à l’expansion – ralentie mais ininterrompue – du Front national. Il eût mieux valu le faire en votant pour un candidat issu de la gauche et des écologistes. Dans le court terme, Il nous faudra donc, pour éviter le chaos et l’obscurantisme de l’extrême droite voter pour Emmanuel Macron sans prendre pour autant le rythme de ses pas. Il n’y a pas d'amertume à avoir.
Une fois passé la redoutable séquence électorale, il sera plus que temps de s’atteler à la refondation désormais incontournable. .La campagne électorale trop conditionnée par les « ...

La Gauche et le Ministre de la Défense :Quand Jean-Yves Le Drian bat en retraite...

Communiqués association
25 mar 2017 - 10:47

Pas facile d’échapper à la guerre de position qui se joue entre la Gauche et …. « la Gauche » pour un Ministre de la Défense..
JYLD aime la Bretagne : nous n’en doutons pas..Mais son choix d’EMacron ne peut honnêtement tirer sa légitimité de la Bretagne puisque BHamon a recueilli 61,6 % auprès des Bretons lors des Primaires de la Gauche.

Brandir le fameux vote utile pour éviter l’extrême droite dans notre pays relève de la fiction. Car enfin ce sont bien les politiques publiques mises en place et la dévotion sans limites accordée aux sacro-saintes puissances de l’argent qui entraînent la désespérance et le refuge dans le Front National...Or le projet ultra-libéral proposé par EMacron accélérera le processus...Faire le choix de Macron, c’est installer Le Pen durablement.
La Gauche a besoin d’une vision optimiste et inspirée plutôt que de rester timorée et toujours sur la défensive...
Si les Ecologistes ont rejoint BHamon, c’est parce qu’ils estiment que c’est une chance historique de voir aboutir concrètement les priorités qu’ils défendent depuis toujours : éradiquer la pauvreté, sortir du nucléaire pour une France 100 % énergies renouvelables à horizon 2050, répondre aux aspirations des jeunes, engager les transitions écologiques, économiques, démocratiques.
Le choix brutal de JYLD en 2015 d’...

« Changer de civilisation » (Edgard Morin) Le revenu universel peut-il être l’un des outils de ce changement ?

Communiqués association
27 fév 2017 - 14:35

Edgar Morin a publié récemment un article largement relayé par les réseaux sociaux sur la nécessité de changer de civilisation. Il y développe notamment la question de savoir comment « faire société » et comment redonner du sens au « vivre ensemble, à la cohésion sociale » dans un monde de plus en plus inégalitaire.

Une société de plus en plus inégalitaire.
Comment « faire société » à une époque où le nombre de chômeurs, de pauvres et de salariés pauvres explose en France mais aussi partout en Europe avec plus de 22 % de chômeurs en Espagne (43.6 % chez les jeunes), En Italie 12.4 % (40 % chez les jeunes), 10 % en France (25.8 % chez les jeunes). Il y a certes moins de demandeurs d’emploi en Allemagne et en Grande Bretagne mais nos chroniqueurs oublient de préciser que le nombre de salariés pauvres a explosé dans ces 2 pays. On parle là-bas de de « bullshit jobs », de «  métiers à la con ».
Alors peut-on croire « à la cohésion sociale » avec autour de soi de plus en plus de pauvres, de jeunes angoissés par leur avenir et de salariés « précaires ». Des salariés précaires qui savent que cette situation risque de s’éterniser ou pour le moins se répéter pour nombre d’entre eux. Le chiffre des exclus augmente de 1 million tous les 5 ans. Aujourd’hui c’est 6 millions de personnes...

Pages